Charpente du plancher

Solives de plancher

Les solives doivent satisfaire à des exigences de résistance et de rigidité. D’une part, les exigences de résistance varient selon les charges imposées et, d’autre part, les exigences de rigidité visent à minimiser la fissuration des matériaux de finition des plafonds sous l’effet de surcharges et surtout à atténuer les vibrations imputables aux charges dynamiques, qui incommodent souvent les occupants.

Les solives de plancher en bois mesurent habituellement 2 po (38 mm) d’épaisseur sur 6, 8, 10 ou 12 po (140, 184, 235 ou 286 mm) de hauteur. Les dimensions dépendent des charges, de la portée, de l’espacement des solives, des essences et des qualités de bois utilisées et de la flexion admise. Les tableaux 15 et 16 indiquent les portées admissibles (distances nettes entre les appuis) suivant les diverses qualités et essences de bois et diverses conditions de charges et surcharges. Les portées admissibles indiquées ont été calculées d’après les dimensions courantes adoptées pour le bois de construction au Canada.

Les solutions de rechange aux solives de plancher en bois de dimensions courantes sont les solives en bois de placage lamellé, les poutrelles (solives préfabriquées) à membrures parallèles et les solives de bois en I. Les portées admissibles de ces éléments préfabriqués sont fournies par le fabricant.

Lorsqu’une lisse d’assise s’emploie, les solives ne se posent que lorsque la lisse d’assise a été mise de niveau sur le lit de mortier et ancrée au mur de fondation. Mais, comme nous l’avons déjà mentionné, lorsque les solives sont encastrées en partie supérieure du mur de fondation, elles se posent avant de couler le mur de béton. L’emplacement et l’espacement des solives doivent être conformes aux règles de calcul.

L’espacement des solives est généralement établi selon un entraxe de 16 po (400 mm). On pourra le faire passer à 12 po (300 mm) et utiliser des solives de moindre hauteur dans le cas de lourdes charges ou d’espace restreint. Inversement, si l’épaisseur du plancher ne pose aucune restriction, recourir à des solives de plus grande hauteur disposées à entraxes de 24 po (600 mm) pourrait se révéler plus économique. (Note : Comme l’entraxe des solives est exprimé en unités métriques nominales, le lecteur est prié de ne pas s’en servir puisque les produits en panneaux sont fabriqués selon les unités anglaises.)

Le chant arqué de toute solive doit être placé en haut, étant donné que la solive ainsi placée aura tendance à se redresser sous le poids du support de revêtement de sol et des charges imposées. La solive de rive se fixe à l’extrémité de chacune des solives par clouage droit ( illustration 39) ou en biais ( illustration 35). Dans la charpente à plate-forme, chaque solive, y compris la solive de bordure (parallèle aux autres solives) se cloue en biais à la lisse d’assise ( illustration 39). Les extrémités intérieures des solives reposent sur la poutre ( illustration 31) ou s’assemblent sur les côtés de celle-ci ( illustration 32).

Le mur porteur parallèle aux solives doit s’appuyer sur une poutre ou un mur porteur au sous-sol.

Les plans d’aménagement requièrent souvent la présence d’un mur porteur perpendiculaire aux solives de plancher, mais décalé par rapport à l’appui des solives. Un mur porteur intérieur perpendiculaire aux solives de plancher doit être situé à 36 po (900 mm) au plus de l’appui des solives lorsqu’il ne supporte pas de plancher, et à 24 po (600 mm) au plus lorsqu’il en supporte un ou plus, à moins que les solives ne soient dimensionnées pour soutenir ces charges concentrées.

Les cloisons non porteuses parallèles aux solives doivent reposer sur des solives ou sur des entretoises placées entre elles. Les entretoises doivent être constituées d’éléments en bois de 2 x 4 po (38 x 89 mm) espacées d’au plus 4 pi (1,2 m).

Autour des grandes ouvertures, comme celles prévues pour un escalier ou un foyer, les solives d’enchevêtrure sont jumelées si les chevêtres qu’elles soutiennent mesurent plus de 32 po (800 mm) de longueur. Les chevêtres de plus de 4 pi (1,2 m) doivent également être jumelés. Lorsque l’ouverture est particulièrement grande, les solives d’enchevêtrure assemblées à des chevêtres de plus de 6 pi 6 po (2 m) de longueur et les chevêtres de plus de 10 pi 6 po (3,2 m) de longueur doivent être calculés selon les règles de l’art.

L'illustration 40 indique les méthodes d’assemblage et de clouage à suivre généralement pour réaliser une enchevêtrure.

Des étriers servent souvent à soutenir les longs chevêtres et les solives boiteuses.

On peut prévenir la torsion des solives par l’utilisation de croix de Saint-André, d’entretoises, de lattes continues ou d’un revêtement de plafond fixé à la sous-face des solives. À défaut d’utiliser un revêtement de finition en panneaux, on devra contreventer les solives tous les 6 pi 10 po (2,1 m) au moins entre les appuis.

Voici les façons d’assurer l’appui intermédiaire : mettre en œuvre des croix de Saint-André de 1 x 3 po (19 x 64 mm) ou de 2 x 2 po (38 x 38 mm) ou des entretoises de 2 po (38 mm) fixées entre les solives, en plus de lattes continues de 1 x 3 po (19 x 64 mm) clouées à la sous-face des solives; les lattes de bois continues ne sont pas nécessaires là où un revêtement de finition de plafond est prévu.

 
©2000 SCHL-CMHC. Tous droits réservés.
Société canadienne d'habitation et de logement / Canada Mortgage and Housing Corporation